Odmiana “faire”

Czasownik faire jest czasownikiem z trzeciej grupy, którego odmiana jest nieregularna. Współpracuje z rzeczownikami i z czasownikami w sposób bezpośredni.

Odmiana faire
  • Constituer par son action, son travail, quelque chose de concret à partir d’éléments, ou le tirer du néant ; fabriquer ; réaliser, créer : On fait le pain avec de la farine. Faire un film.
  • Produire, créer, provoquer quelque chose, en parlant de quelque chose : Le bois fait de la fumée en brûlant.
  • Fournir un produit agricole : Ici on fait du maïs.
  • Faire le commerce d’un article, proposer à la clientèle une marque, un service, etc. : Crémier qui fait aussi les fruits.
  • Être à l’origine de quelque chose : L’union fait la force. Il fera votre bonheur.
  • Porter quelqu’un à être ce qu’il est : L’occasion fait le larron.
  • Avoir quelque chose pour résultat : Cela fera une marque.
  • Constituer quelque chose, le former par son existence, l’avoir pour résultat : Ces quelques maisons font un hameau. Ils font un beau couple.
  • Présenter, prendre une forme : Le chemin fait un coude.
  • Soumettre quelque chose à une action particulière (apprêt, préparation culinaire, nettoyage, etc.) [équivaut à un verbe plus précis] : Faire les vitres (= nettoyer). Faire ses chaussures (= cirer).
  • S’emploie dans des constructions familières pour indiquer une action, un type d’action, etc., dont la nature est donnée par le nom : S’arrêter pour faire le plein d’essence.
  • En parlant d’un acteur, jouer tel rôle : Quel est le comédien qui fait le comte ?
  • Imiter ou adopter tel comportement : Faire le malin, la coquette.
  • Avoir tel effet : Cet incident a fait que je n’ai pas pu arriver à temps. Faites que tout aille bien !
  • Attribuer à quelqu’un un état, une action, en particulier en parlant d’un auteur, d’un historien, etc. : Les biographes le font mourir en 1754.
  • Conférer à quelqu’un un titre, un rôle, une qualité : On l’a fait chevalier de la Légion d’honneur.
  • Familier. Vendre quelque chose à tel prix : À combien me faites-vous ce buffet ?
  • Transformer quelque chose, quelqu’un en quelque chose, quelqu’un d’autre : Le mariage a fait de lui un autre homme.
  • Se transformer en quelque chose, jouer le rôle de quelque chose, s’utiliser comme : Canapé qui fait lit.
  • En parlant d’un mot, prendre telle forme : « Cheval » fait au pluriel « chevaux ».
  • User, disposer de quelque chose de telle ou telle façon, prendre certaines décisions à l’égard de quelqu’un : Que veux-tu faire de cet argent ? Que faites-vous des enfants pour Noël ?
  • Accomplir, réaliser un mouvement : Faire le grand écart.
  • Pratiquer une activité, un sport, s’y adonner, s’y consacrer : Faire du tennis. Faire du tricot.
  • Faire des études supérieures en telle ou telle discipline : Faire médecine.
  • Parcourir une distance : Nous avons fait 5 kilomètres.
  • Parcourir un lieu pour y trouver quelque chose, quelqu’un, en particulier le fouiller : Faire tout Paris pour trouver un restaurant ouvert. Clochard qui fait les poubelles.
  • Visiter une région, une ville, etc. : Cet été nous ferons les lacs italiens.
  • Être atteint d’un mal, d’une maladie : Faire une bronchite, une dépression.
  • Avec un nom, précédé ou non de l’articlefaire forme une locution verbale à laquelle on peut éventuellement substituer un verbe précis : Faire peur (= effrayer). Faire une grimace (= grimacer). Faire les vendanges (= vendanger).
  • Avoir (quelque chose, beaucoup, fort, etc.) à faire, devoir accomplir une tâche, être occupé à quelque chose.
  • Familier. Ça fait bien de, c’est bien vu.
  • Familier Ça le fait, ça marche ; c’est réussi ; c’est formidable : Partir à l’aventure, ça le fait !
  • Ça ne fait rien, cela n’a aucune importance.
  • Ça ne fait rien à la chose, à l’affaire, cela ne change rien.
  • Faire balle, en parlant du plomb d’un fusil de chasse, ne pas s’éparpiller.
  • Faire (les cartes), les mélanger avant de les distribuer ; donner les cartes.
  • Faire quelque chose, ne rien faire à quelqu’un, le troubler, l’émouvoir, ou au contraire le laisser indifférent.
  • Faire quelque chose pour, être utile à quelque chose, aider quelqu’un.
  • Faire sa bouche, en parlant d’un animal, en particulier du cheval, avoir sa denture en train de pousser.
  • Faire sien quelque chose, le revendiquer comme lui appartenant.
  • Faire un enfant, le mettre au monde.
  • Familier. Faire un enfant à une femme, la rendre enceinte, être le père de cet enfant.
  • Familier. (Il) faut le faire, cela ne paraît pas difficile, mais en réalité il s’agit d’un exploit.
  • (Il ne) faut pas me la faire, on ne me la fait pas, je ne me laisse pas duper.
  • Il n’y a (plus) rien à faire, toute action est inutile.
  • N’avoir que faire de quelque chose, ne pas s’en soucier ou ne pas en avoir besoin.
  • N’avoir rien à faire avec, n’avoir aucun rapport avec quelqu’un, quelque chose.
  • Ne faire que, être sans cesse occupé à quelque chose ; se contenter de faire, ne rien faire de plus que de.
  • Familier. N’en avoir rien à faire, ne pas être concerné par quelque chose, s’en moquer.
  • N’en rien faire, se garder de faire ce dont il s’agit.
  • Pour ce que j’en fais !, cela ne m’intéresse pas.
  • Qu’est-ce que ça fait ?, qu’est-ce que ça peut faire ?, quelle importance cela a-t-il ?
  • Familier. Rien à faire, indique un refus définitif à quelqu’un.